Five Questions with Jacquie Fex

20 Sep 2016 1:00 AM | Bronwyn Guiton (Administrator)

Jacquie Fex
Reference/Training Librarian, Ontario Securities Commission

Tell us a little about your educational background and how you entered the legal information industry.

I attended Trent University in Peterborough which is located in the middle of Ontario and far different than my hometown of Sudbury Ontario. Their winters were milder although the pubs were the same amount of fun. I majored in Politics at Trent and have found this to be very beneficial in my career educating young lawyers about how the laws with which they work are created. Many young lawyers do not understand the process of how a bill becomes a statute, and I regularly educate them on the process and its nuances.

How has being involved in CALL helped you professionally (e.g. scholarships & grants, continuing education, networking)?

The highlight of my involvement with CALL was when Wendy Reynolds invited me to join the CALL 2012 Conference Planning Committee in Toronto. I really enjoyed working with this dynamic team that wanted to showcase our host city to encourage CALL members to attend the conference.

I created “Where’s CALL-do?” which featured photographs of CALL members with issues of Canadian Law Library Review in their libraries. This project gave us a peek at libraries across Canada and wherever else members might be reading the Review.

What was your first job or your first library-related job?

I have worked in libraries since my high school days, but my first full-time position was at the Great Library of the Law Society of Upper Canada located in the historic Osgoode Hall. This stunning library is a must-see if you are in Toronto, and its beauty is complimented by the terrific staff who work there. I learned a great deal while working on their RECON project which brought the provincial County libraries’ collections into one unified catalogue and updated their cataloguing to KF classified. Through working with all these titles, I learned a great deal about legal texts and government documents.

What’s one piece of advice you’d give to someone looking to break into the legal information industry

Speak up! I am lucky enough to work with a group of dynamic librarians here at the OSC, and we frequently bring in practicum students from the iSchool at U of T to share our knowledge with them and to learn from them as well. We help them to find their voice and participate in our discussions. We actively encourage them to become advocates to ensure a different brand of librarians move into today’s libraries. With so much change in the library environments, an essential tool is to communicate with management about the value of your services, and that you welcome innovation and are not simply reading books behind a desk!

How would you spend 24 hours of uninterrupted time to yourself?

WOW - 24 hours is quite a luxury! If you know me, you know how much I love to sing with my rock/pop choir newchoir, and in 2015, I got to sing with newchoir at Carnegie Hall. As thrilling as that was, it was a lot of hard work though the after-party was an epic dance party—another of my favourite things to do. However, last year I got to spend a day alone in London, England and wandered through a couple of museums, took a trip to Hampton Court (home of Henry VIII’s intrigues and many historical fictions I love to read), and then that evening I saw a play called The Audience with Kirsten Scott Thomas as Queen Elizabeth II during her weekly audience with her prime ministers. It was a lovely summer evening that I capped off with a dram of scotch from our earlier excursion to a Scottish wedding. That may be my ultimate day, although my daughter and I are travelling to London to take in their epic Brit Awards (think mash-up of Golden Globes & Grammys) that will include a tribute to David Bowie so that might be a close second.

Parlez-nous un peu de vos antécédents scolaires et de la manière dont vous vous êtes intégrée au secteur de l’information juridique.

J'ai fréquenté l'Université Trent, à Peterborough, au centre de l'Ontario, qui est un endroit très différent de ma ville natale de Sudbury, en Ontario. Les hivers à Peterborough sont plus doux, mais on s'amuse tout autant dans les pubs. À l'Université Trent, je me suis spécialisée en politique, ce qui s'est avéré très pratique dans ma carrière pour informer les jeunes avocats sur la façon dont sont créées les lois avec lesquelles ils travaillent. Nombreux sont ceux parmi eux qui ne comprennent pas comment un projet de loi devient une loi, et je les informe fréquemment sur ce processus et ses nuances.

En quoi votre adhésion à l’ACBD/CALL vous a-t-elle été utile sur le plan professionnel (par ex. : bourses et subventions, formation continue, réseautage)?

L'expérience qui demeure la plus marquante pour moi, c'est lorsque Wendy Reynolds m'a invitée à me joindre au comité de planification du congrès 2012 de l'ACBD à Toronto. J'ai vraiment adoré travailler avec cette équipe dynamique, qui voulait mettre au premier plan notre ville hôte pour inciter les membres de l'ACBD à assister au congrès.

J'ai créé le projet « Where’s CALL-do? » [N.D.T. Un jeu de mots avec l'appellation anglaise de « Où est Charlie? »], qui présentait des photographies de membres de l'ACBD avec des numéros de la Revue canadienne des bibliothèques de droit dans leur bibliothèque. Nous avons ainsi pu jeter un coup d'œil sur les bibliothèques de partout au Canada et sur les autres lieux où les membres peuvent lire la Revue.

Quel a été votre premier emploi, ou votre premier emploi dans le domaine de la bibliothéconomie?

Je travaille dans les bibliothèques depuis mes années d'école secondaire, mais j'ai obtenu mon premier poste à temps plein à la Grande Bibliothèque du Barreau du Haut-Canada, située dans l'édifice historique Osgoode Hall. Si vous êtes à Toronto, vous devez absolument visiter cette bibliothèque épatante, qui est d'une grande beauté et qui est aussi pourvue d'un personnel fantastique. J'ai appris beaucoup lorsque j'y ai travaillé sur le projet de conciliation, par lequel les collections des bibliothèques de comté provinciales ont été rassemblées au sein d'un même catalogue, et le catalogage a été mis à jour en fonction d'une classification KF. En travaillant avec tous ces titres, j'ai appris beaucoup de choses sur les textes juridiques et les documents gouvernementaux.

Quel conseil offririez-vous à une personne qui cherche à percer dans le secteur de l’information juridique?

Dites-le! J'ai la chance de pouvoir travailler avec un groupe de bibliothécaires dynamiques, ici, à la Commission des valeurs mobilières de l'Ontario, et nous accueillons couramment des étudiants stagiaires de la Faculté de l'information de l'Université de Toronto, à qui nous transmettons nos connaissances et de qui nous tirons également des apprentissages. Nous les aidons à trouver leur voix et à prendre part à nos discussions. Nous les encourageons activement à devenir des ambassadeurs, de sorte qu'une vague différente de bibliothécaires fasse son entrée dans les bibliothèques d'aujourd'hui. Il se produit tellement de changements dans les environnements de bibliothèques qu'il est essentiel de communiquer avec le personnel de direction pour lui faire connaître la valeur de vos services et lui faire savoir que vous accueillez l'innovation et que vos tâches se résument à bien plus que lire des livres derrière un pupitre!

Comment aimeriez-vous passer 24 heures sans interruption pour vous?

Wow! 24 heures, c'est tout un luxe! Ceux qui me connaissent savent que je fais partie de la chorale de rock pop newchoir avec qui j'adore chanter et, en 2015, nous avons eu l'occasion de nous produire au Carnegie Hall. Aussi exaltante que cette expérience a pu être, elle a tout de même demandé énormément de travail, quoique la soirée dansante – une autre de mes activités préférées – qui a suivi notre prestation fut phénoménale. Cependant, l'an dernier, j'ai passé une journée en solitaire à Londres, en Angleterre, au cours de laquelle j'ai flâné dans quelques musées et je me suis rendue à Hampton Court (lieu des intrigues de Henry VIII et de bon nombre des romans historiques que j'aime lire). Ce soir-là, j'ai assisté à une pièce de théâtre intitulée The Audience dans laquelle Kirsten Scott Thomas jouait le rôle de la reine Elizabeth II lors de son audience hebdomadaire avec ses premiers ministres. Ce fut une très belle soirée d'été qui s'est couronnée pour moi par un petit verre d'un scotch rapporté de l'excursion que nous avions faite à un mariage écossais. C'était probablement là ma journée de rêve, quoique je retourne à Londres avec ma fille pour vivre l'expérience des fameux Brit Awards (une espèce de fusion entre les Golden Globes et les Grammy) dont la cérémonie comprendra un hommage à David Bowie, donc cette journée risque fort d'acquérir le second rang, mais de justesse.

Please send comments or questions to office@callacbd.ca - © 1998-2015 Canadian Association of Law Libraries
200-411 Richmond Street East, Toronto, ON     M5A 3S5   647-346-8723
This website is best viewied in Firefox or Google Chrome.
Powered by Wild Apricot Membership Software