Blog

<< First  < Prev   ...   2   3   4   5   6   Next >  Last >> 
  • 04 Jan 2015 12:55 PM | Nicole Cork (Administrator)

    Le texte français suit.

    The winners of the 2014 Canadian Law Blog Awards (known as the Clawbies) were announced on New Year's Eve 2014 and the Best Law Library Blog award went to Legal Sourcery by the Law Society of Saskatchewan Library:

    "As a law library blog newcomer, Legal Sourcery made a serious impression in 2014. The hard-working blogger team (whose members double as the reference team) at the Law Society of Saskatchewan Library jumped into the blawgosphere full-force. With regular updates, engaging topics, and fun Twitter personalities, this group was instrumental to bringing back the info-coolfactor to law library blogs."

    Congratulations!

    This was the ninth consecutive year that legal industry web development company Stem Legal organized the Canadian Law Blog Awards.

    There were awards in many other categories.

    The three judges were Steve Matthews (President and Founder of Stem Legal Web Enterprises), Jordan Furlong (principal with the global consulting firm Edge International and author of the Law21 blog), and Simon Fodden (founder of Slaw.ca).



    Les noms des lauréats des Clawbies 2014 (prix des meilleurs blogues juridiques canadiens) furent annoncés la veille du Jour de l'An et le prix du meilleur blogue par une bibliothèque de droit fut accordé àLegal Sourcery (bibliothèque de la Law Society of Saskatchewan).

    Félcitations!

    Il s'agit de la neuvième année consécutive que Stem Legal, une entreprise de développement Internet dans le domaine juridique, organise les Clawbies.

    Il y a eu des prix dans plusieurs autres catégories.

    Les trois juges étaient Steve Matthews (président et fondateur de Stem Legal Web Enterprises), Jordan Furlong (associé principal au sein du groupe de consultants internationaux Edge International et auteur du blogue Law21), et Simon Fodden (fondateur de Slaw.ca).


  • 24 Nov 2014 12:57 PM | Nicole Cork (Administrator)
    Annette Demers

    Annette Demers

    Acting Law Librarian and Sessional Lecturer, Paul Martin Law Library


    Tell us a little about your educational background and how you entered the legal information industry.

    I have actually had an interest in both law and libraries since high school.  In high school, I won the award for the highest grade in my business law class, and I started working in the local public library as a page in grade 9.  In university, I worked at the campus library part-time while I pursued my BA in critical legal studies from Carleton.   I also worked in the legal studies library at Carleton and then part-time during school and in the summer at the Library of Parliament from 1993 until 1997.  I was the student team lead on the Library of Parliament storage move project in Hull and on their 25 year inventory project. I actually did the inventory of their Rare Books room - which was a real treat in terms of the collection. But it was cold and dark in their climate-controlled room! These projects were all lead-ins to the large Library of Parliament renovation in the early 2000s. I went to The Hague Academy of International Law for their course in the summer of 1995 and started law school that September.  From the moment I started law school, I also worked in the law library part-time.  Despite all of this background, I never actually considered going to library school and pursuing law librarianship as a career path until after I had completed articling!  When I was in library school, I did a co-op at the Department of Foreign Affairs library.  My first law library position was as Reference Librarian for Foreign, International and Comparative Law at the Harvard Law School Library (a position and department which actually no longer exist today).  From there I moved back home to U Windsor and have been here ever since!

    How has being involved in CALL helped you professionally?

    I would characterize my involvement with CALL as "career defining" since I came back to Canada.  There are too many reasons for this.  First, I can't explain how it is possible to have so many good friends among colleagues that I actually only see once per year - but it is true!  Second, CALL has been a great vehicle which has allowed me to pursue my professional development interests - for example, co-organizing the Leadership Institute in 2007 and Chairing the Conference Planning Committee in 2010 were both incredible experiences which allowed me to learn A LOT about project management, events management, chairing meetings, dealing with finances to some extent, etc.  All of CALL's educational opportunities have been useful in giving me ideas for my own immediate work environment.  Finally, I honestly believe that I am able to do my job better because of my networks across the country and around the globe.

    What are three skills/attributes you think legal information professionals need to have?

    Flexibility / innovation - especially in today's rapidly changing information environment, we need to be able to quickly adapt in order to be able to continue to offer relevant services.

    Teaching / Presentation skills - I think that teaching others how to use legal information is one of the last remaining niches that we have.

    Management skills.

    Legal knowledge and experience underpins all of this.

    What are three things on your bucket list?

    I'd like to do more travelling. In particular, I've never been to Prague, Budapest, Vienna and Istanbul.  I also toy with the idea of doing a professional exchange with a library in Europe at some point.  To be honest, I feel like I've accomplished much, so at this point I'd love more downtime on my farm! 

    What’s one change in the profession or industry that has been a challenge for you?

    I think that the biggest challenge for the public sector right now is the severe lack of resources.  For example, on our campus right now, we are down to a single person delivering the mail.  We have undergone seven years of budget cuts so far, with no end in sight. It is a challenge in many ways:  departments are very close to no longer being able to meet their mandate, staff are burned out, and a huge amount of time is spent by others in trying to get results from all of the other under-resourced departments on campus.  For example, our campus facilities department consists of 3 people, attempting to take care of all existing buildings on campus as well as organizing huge new construction projects.  This has cost me, as Department Head, probably hundreds of hours chasing them down to get the smallest projects completed in our area, and our larger project has taken over 3 years of follow-up now, and has still not been completed.  There's definitely no end in sight for this situation as far as I can see.   I am also on the Board of Directors for our local family health team, and I see how severely under resourced they are as well.  The result is a single person trying to do the job of 3 - 4 people. For example, the Executive Director there also is in charge of updating their website and organizing snow removal - in addition to running a medical clinic!   This is the state of things for the public sector in Ontario, but I don't think the public has a good understanding of the challenges; they see cities like Detroit claiming bankruptcy and can't conceive that it might happen here, but in my opinion, we are not too far from this scenario in some cases.

    Parlez-nous un peu de vos antécédents scolaires et de la manière dont vous vous êtes intégrée au secteur de l’information juridique.

    En fait, je m’intéresse au droit et aux bibliothèques depuis le secondaire. Au secondaire, j’ai gagné un prix soulignant la note la plus élevée dans mon cours de droit des affaires et j’ai commencé à travailler à la bibliothèque publique locale en tant que page en neuvième année (troisième secondaire). À l’université, j’ai travaillé à temps partiel à la bibliothèque du campus tout en poursuivant mon baccalauréat en études de droit de base à Carleton. J’ai également travaillé à la bibliothèque des études de droit  à Carleton, puis à temps partiel pendant l’année scolaire. Pendant l’été, j’ai travaillé à la Bibliothèque du Parlement, de 1993 à 1997. J’étais la responsable de l’équipe des étudiants dans le cadre du projet de déménagement des stocks de la Bibliothèque du Parlement à Hull et dans le cadre du projet d’inventaire après 25 ans. En fait, j’ai dressé l’inventaire de la salle des livres rares – quelle collection épatante! Toutefois, il faisait froid et sombre dans la pièce climatisée!  Tous ces projets ont mené à la grande rénovation de la Bibliothèque du Parlement au début des années 2000. Je me suis rendue à la Hague Academy of International Law pour suivre leur cours à l’été 1995 et j’ai commencé l’école de droit en septembre de cette année­là. Dès que j’ai commencé les cours, j’ai également commencé à travailler à la bibliothèque de droit à temps partiel. Malgré toute cette expérience, je n’ai jamais véritablement envisagé d’aller à l’école de bibliothéconomie et de choisir le cheminement professionnel de bibliothécaire de droit avant d’avoir terminé mon stage d’avocat! Lorsque je fréquentais l’école de bibliothéconomie, j’ai mis en œuvre un projet coopératif à la bibliothèque du ministère des Affaires étrangères. Mon premier poste dans une bibliothèque de droit a été celui de bibliothécaire de référence pour le droit étranger, international et comparatif à la bibliothèque de l’école de droit de Harvard (un poste et un service qui n’existent plus aujourd’hui). De là, je suis revenue chez moi à l’Université de Windsor et j’y suis encore depuis!                                

    En quoi votre adhésion à l’ACBD/CALL vous a-t-elle été utile sur le plan professionnel?

    Je qualifierais mon engagement à l’égard de l’ACBD un élément qui définit ma carrière depuis que je suis revenue au Canada. Et les raisons sont très nombreuses. Premièrement, je ne peux expliquer comment il est possible que j’aie tant de bons amis parmi mes collègues que je ne vois qu’une seule fois par année – c’est la vérité! Deuxièmement, l’ACBD a été un formidable catalyseur qui m’a permis d’explorer mes intérêts de perfectionnement professionnel – par exemple, la co-organisation des activités du Leadership Institute en 2007 et la présidence du comité de planification des conférences en 2010 ont été des expériences incroyables qui m’ont permis d’en apprendre ÉNORMÉMENT sur la gestion de projets, la gestion d’événements, la présidence de réunions, la gestion des finances, dans une certaine mesure, etc. Toutes les possibilités d’éducation que m’a données l’ACBD m’ont été utiles, car elles m’ont donné des idées relativement à mon environnement de travail immédiat. Enfin, je pense  honnêtement que je peux mieux travailler grâce à mes réseaux en place à l’échelle du pays et du globe.

    Quelles sont les trois compétences ou qualités que doivent posséder les professionnels de l’information juridique, selon vous?

    Souplesse/Innovation – surtout dans l’environnement d’information d’aujourd’hui, qui évolue rapidement. Nous devons être en mesure de nous adapter rapidement pour pouvoir continuer d’offrir des services utiles.

    Compétences en enseignement/présentation – je pense que d’enseigner la façon d’utiliser l’information juridique est un des derniers privilèges qui nous restent.

    Compétences en gestion.

    La connaissance et l’expérience des questions juridiques sous­tendent toutes ces compétences.

    Indiquez trois choses qui figurent dans votre liste du cœur.

    Je souhaiterais voyager davantage. Je voudrais particulièrement visiter Prague, Budapest, Vienne et Istanbul. Je caresse aussi l’idée de faire un échange professionnel avec une bibliothèque européenne. Pour être franche, je pense avoir accompli beaucoup de choses et j’aimerais prendre plus de temps pour moi sur ma ferme! 

    Y a-t-il un changement relatif à la profession ou à l’industrie qui a présenté un défi pour vous?

    Je suis d’avis que le plus grand défi du secteur public en ce moment est le grave manque de ressources. Par exemple, sur notre campus, actuellement, une seule personne livre le courrier. À ce jour, nous avons dû composer avec des compressions budgétaires pendant sept ans, et il semble que cette tendance se maintiendra longtemps encore. C’est un défi à bien des égards : les services sont sur le point de ne plus pouvoir réaliser leur mandat, le personnel est épuisé et d’autres entités consacrent énormément de temps à tenter d’obtenir des résultats dans tous les autres services à ressources limitées présents sur le campus. Par exemple, le service des installations de notre campus compte trois employés qui s’efforcent de se charger de tous les immeubles du campus tout en organisant des projets de construction d’envergure. À titre de responsable de service, j’ai probablement consacré des centaines d’heures à solliciter ce service pour faire exécuter les plus petits projets dans notre domaine. Quant au grand projet, il n’est pas encore terminé, malgré trois ans de suivi. Et cette situation semble vraiment s’éterniser. En outre, je siège au conseil d’administration de notre équipe de santé familiale locale et je constate à quel point l’équipe manque de ressources. Le résultat est qu’une personne tente de faire le travail de trois ou quatre personnes. Par exemple, le directeur exécutif est également chargé de la mise à jour du site Web et de l’organisation du déneigement – en plus de gérer une clinique médicale! Voilà la situation à la fonction publique de l’Ontario, mais je ne pense pas que la population connaît bien les défis. Les gens voient des villes comme Détroit déclarer faillite et ne peuvent concevoir que cela pourrait se produire ici. À mon avis, nous ne sommes pas si loin de ce scénario dans certains cas.      


  • 20 Nov 2014 1:38 PM | Nicole Cork (Administrator)

    English text follows below.

    Le Centre d'accès à l'information juridique (CAIJ), le réseau de bibliothèques associé au Barreau du Québec, a signé des ententes de partenariat avec six nouveaux cabinets d’avocats afin de rendre leurs publications accessibles sans frais sur son site Internet.

     Les cabinets sont:

    • Cain Lamarre Casgrain Wells 
    • De Grandpré Chait 
    • Langlois Kronström Desjardins 
    • McMillan 
    • Osler  
    • Robic

    Leurs guides, bulletins et articles de doctrine sur l'actualité juridique viendront se rajouter à la collection de doctrine du CAIJ qui comprend déjà la série des Développements récents, la Collection de droit de l'École du Barreau, les actes des congrès annuels du Barreau, un nombre croissant d'ouvrages de doctrine de Wilson & Lafleur en texte intégral, et la banque de plus de 4,000 questions de recherche (avec les réponses fournies par les chercheurs du CAIJ).

    Il y a maintenant 13 grands cabinets qui partagent leur contenu avec le CAIJ. En juin dernier, le CAIJ ajoutait des publications des 7 cabinets suivants: 

    • Borden Ladner Gervais,
    • Dentons,
    • Fasken Martineau,
    • Lavery,
    • Miller Thomson,
    • Norton Rose Fullbright,
    • Stikeman Elliott

    Les membres de l'ACBD connaissent sans doute une autre initative semblable, CanLII Connecte, qui publie des commentaires juridiques de haute qualité sur la jurisprudence canadienne rédigés par des universitaires et des membres de la communauté juridique.

    CAIJ, the Centre d'accès à l'information juridique (the network of courthouse law libraries associated with the Québec Bar Association), has signed resource sharing agreements with 6 major law firms in Québec that will make their legal commentary freely available on its website.

    The firms in question are:

    • Cain Lamarre Casgrain Wells 
    • De Grandpré Chait 
    • Langlois Kronström Desjardins 
    • McMillan 
    • Osler  
    • Robic

    Their guides, bulletins and commentary articles will be added to a collection that already includes full-text commentary and textbooks including the Développements récents (annual reviews of areas of law), the Collection de droit (Bar School materials), proceedings of the annual Quebec Bar Association congresses, a growing number of treatises from publisher Wilson & Lafleur, numerous annotated acts, case law, and a list of thousands of legal questions with their corresponding answers.

    There are now a total of 13 law firms that share material with CAIJ. Last June, CAIJ had added publications from the following 7 major firms:

    • Borden Ladner Gervais,
    • Dentons,
    • Fasken Martineau,
    • Lavery,
    • Miller Thomson,
    • Norton Rose Fullbright,
    • Stikeman Elliott

    Readers may also be familiar with similar initiatives such as CanLII Connects that allows publishers, law firms and academics to share commentary on cases and legislation on the CanLII website.

<< First  < Prev   ...   2   3   4   5   6   Next >  Last >> 
Please send comments or questions to office@callacbd.ca - © 1998-2015 Canadian Association of Law Libraries
200-411 Richmond Street East, Toronto, ON     M5A 3S5   647-346-8723
This website is best viewied in Firefox or Google Chrome.
Powered by Wild Apricot Membership Software